Comment ouvrir une franchise (devenir franchisé)

Ouvrir une franchise et rejoindre un réseau de franchisés revient à utiliser les codes, l’organisation, la charte graphique d’une entreprise qui a déjà fait ses preuves et qui bénéficie d’une certaine notoriété. Cette forme d’entrepreneuriat a son propre mode de fonctionnement, ses étapes de création, ses avantages et ses inconvénients. Les voici.

La franchise : définition et fonctionnement

Qu’est-ce qu’une franchise 

La franchise est une forme de commerce organisé dans lequel un entrepreneur (le franchiseur) décide de déployer le concept qui a fait le succès de son entreprise en le proposant à d’autres créateurs d’entreprises (les franchisés).

Le franchiseur propose donc aux franchisés de monter une entreprise en utilisant les codes qui font la réussite de son concept d’origine : un savoir-faire ou un catalogue produit particulier, un mode organisationnel, voire un modèle économique spécifique, un nom de marque et une charte graphique qui connaissent une notoriété grandissante… Ces codes peuvent être multiples et variés, mais dans tous les cas, ils constituent les bases de la franchise en question. Le franchisé est obligé de les respecter dans sa propre entreprise en franchise.

Comment fonctionne une franchise

Légalement, le franchisé est juridiquement et financièrement indépendant. Il immatricule son entreprise au registre du commerce et des sociétés, comme tout entrepreneur, et il endosse pleinement le risque financier lié au projet.

En fait, d’un point de vue financier :

  • le franchisé verse un droit d’entrée au franchiseur, pour pouvoir exploiter les codes qui fondent la réussite de la franchise (nom de marque,  accès aux fournisseurs, formation aux savoir-faire, logiciels du franchiseur …)
  • le franchisé paye une redevance mensuelle au franchiseur, qui prend généralement la forme d’un pourcentage du chiffre d’affaires encaissé par la franchise.

D’un point de vue juridique :

  • le franchisé créé sa propre entreprise pour pouvoir exploiter la franchise.

Et d’un point de vue commercial :

  • le franchisé est obligé de respecter les codes commerciaux et organisationnels de la franchise tels qu’ils sont imposés dans le contrat de franchise signé en amont (charte graphique, mode de communication, choix des fournisseurs, respect du savoir-faire…).

Comment ouvrir une franchise (comment devenir franchisé)

Les étapes pour ouvrir une franchise et devenir franchisé sont quasiment les mêmes que pour ouvrir une entreprise classique.

Trouver un concept de franchise

En premier lieu, vous choisissez un concept de franchise qui vous plait dans un secteur dont vous connaissez le cœur de métier. En effet, il est toujours plus aisé d’exploiter une entreprise dont on connaît les ficelles et les contraintes. Par exemple, il est primordial de connaître les ressorts de la gestion d’un restaurant pour ouvrir un concept dans la restauration : normes sanitaires, gestion des stocks et des produits frais, gestion de salle, gestion du personnel, usages de négociation et réseau …

Pour votre comptabilité, mieux vaut faire appel à un expert !


De nombreux concepts ont été franchisés dans des domaines variés, dans le commerce, les services, le conseil en BtoB ou BtoC.  Vous avez l’embarras du choix ! Par exemple :

  • Secteur alimentaire et restauration : concept d’épicerie, magasin bio, restaurant sur place, à emporter, bar, café …
  • Beauté, cosmétique : service d’épilation au laser, institut de beauté, esthétique, boutique …
  • Automobile : entretien, maintenance, équipementier, peinture et retouches …
  • Immobilier : réseau de mandataires, courtier, agence immobilière, spécialiste de l’état des lieux …
  • Marketing : marquage publicitaire, communication numérique, conseil aux entreprises, stratégie digitale …
  • Service aux particuliers : pressing, location de véhicules, formation en informatique, réparation pour l’habitat, ménage, garde d’enfants, micro-crèche …
  • Divers : studio photographique,  horlogerie, vente de vélos électriques, transport de colis et plis express, spa, agence matrimoniale, agence de voyage, parc d’accro-branche …

Voici quelques franchises existantes avec leur droit d’entrée dans différents secteurs d’activité.

RestaurationInternetService et conseil à la personneComptabilité
Nom Entrée Nom Entrée Nom Entrée Nom Entrée
La Pizza de Nico 50 000 € Eazi-Apps 9 000 € Mon assistant numérique 0 € AFR Financement 10 000 €
La Mie Câline 80 000 € Web24 2 990 € SOS Bricolage 1500 € Axelium Conseil 2 000 €
L’Apéro Dînatoire 4 000 € Vacation Key 6 500 € All4Home 10 000 € In&Fi Crédits 10 000 €
Pasta & Company 20 000 € Impressius 16 500 € Seniors 4 000 € BCM 24 950 €
Nostrum 70 000 € Sowink 5 000 € ArthurImmo 0 € Acecrédit 50 000 €

Valider l’opportunité du concept (étude de marché)

Comme pour tout projet entrepreneurial, une fois la franchise identifiée, vous devez faire votre étude de marché, à savoir :

  • connaître le profil de vos futurs clients : budgets, attentes, motivations et freins à l’achat
  • lister les concurrents directs et indirects, comprendre leur positionnement, leurs facteurs clés de succès

Puis vous compilez ces deux axes d’analyses pour :

  • vérifier si la demande est suffisante par rapport à l’offre existante (possibilité d’avoir des parts de marché)
  • valider que le positionnement de la franchise est opportun par rapport à la population cible

Si les conclusions de votre étude de marché sont concluantes, vous pouvez continuer à développer le projet. Dans le cas inverse, vous devrez, soit changer de localité, soit changer de franchise.

 Le Document d’Information Précontractuel (DIP)

Après l’étude de marché, vous analysez le Document d’Information Précontractuel (DIP). Il s’agit d’un document légal régi par l’article L330-1 du Code de commerce (loi Doubin). Il est rédigé par le franchiseur pour expliquer au futur franchisé l’état de santé de ses franchises, le fonctionnement et les modalités d’intégration au réseau.

Le DIP suit une structure précise pour transmettre toutes les informations nécessaires. Il doit être entre les mains du futur franchisé au moins 20 jours avant la signature du contrat de franchise.

Bien sûr, ce document ne vous engage en rien. C’est même l’inverse ! C’est en lisant le DIP que vous serez en être en mesure de décider si, oui ou non, vous intégrez le réseau.

Les informations dans le DIP, en bref

  • Coordonnées détaillées du franchiseur avec expériences professionnelles passées
  • Informations sur l’entreprise initiale qui a donné lieu à la création de la franchise : date de création, code APE, capital social, domiciliation bancaire…
  • Détails des enregistrements de marques à l’INPI et/ou des dépôts de licences et brevets
  • Histoire de l’entreprise et présentation de ses étapes de croissance
  • Présentation du réseau de franchise avec explicatif des différentes étapes de développement sur les 5 dernières années, coordonnées des différents franchisés avec la liste de ceux présents sur le même territoire
  • Liste des ex-franchisés et détails de leurs motivations à sortir du réseau
  • Mention d’une éventuelle clause de territorialité intégrée au contrat
  • Etude du marché avec perspectives, positionnement et objectifs du réseau
  • Comptes annuels du réseau pour les deux exercices antérieurs
  • Détail des clauses contenues dans le contrat de franchise 
  • Détail des conditions de renouvellement du contrat
  • Détail des conditions de résiliation du contrat

Une étude complémentaire indispensable

L’intervention d’un expert-comptable et une enquête terrain sont les démarches complémentaires. Le mieux est de rencontrer les franchisés actuels pour récolter des informations comme leur retour d’expérience et leur avis sur le secteur, la réussite de leur entreprise, la valeur du réseau, le fonctionnement du franchiseur… L’expert-comptable quant à lui, vous aide à analyser le contrat de franchise, la validité des clauses, la légitimité du montant du droit d’entrée et les perspectives financières du projet.

Les prévisions financières

Comme tout projet entrepreneurial, vous anticipez le risque financier (plan de financement) et le modèle économique de votre entreprise (compte de résultat prévisionnel).

Le plan de financement

Le plan de financement évalue le coût total de l’intégration en franchise. Il se présente comme suit :

BesoinsRessources
Droit d’entrée en franchise 4 000 € Apport personnel 8 300 €
Matériel complémentaire 3 000  €    
Frais d’immatriculation  1 000 € Banque 3 000 €
TVA 800 €    
Trésorerie au démarrage  2 500 €    
TOTAL 11 300 € TOTAL 11 300   €

Notez que :

  • le droit d’entrée est considéré comme besoin en fonds de roulement, non amortissable et donc non finançable par une banque. De manière générale, celle-ci exigera toujours un apport personnel pour pouvoir autofinancer le droit d’entrée en franchise et la trésorerie au démarrage.
  • La trésorerie au démarrage permet de démarrer l’activité avec un compte bancaire fourni pour pouvoir payer ses premiers loyers et les charges d’exploitation : essentielle dans un plan de financement !

Le compte de résultat prévisionnel

Le compte de résultat anticipe toutes les charges annuelles relatives à l’exploitation de l’entreprise. Il permet de connaître le chiffre d’affaires minimum à encaisser pour couvrir les frais et gagner de l’argent. Cet objectif est à mettre en perspective avec le chiffre d’affaires des autres franchisés et celui annoncé dans le DIP.

Un compte de résultat doit être réalisé pour les 3  à 5 premières années d’exercice.

COMPTE DE RESULTAT 1er exercice (chiffres hors taxes)
Chiffre d’affaires 45 000 €
Frais de déplacement 3 000 €
Logiciels et outils 1 800 €
Honoraires comptable 2 400 €
Téléphone & Internet 480 €
 Rémunération du gérant 24 000 €
Cotisations sociales – forfait année 1 5 000 €
Intérêts d’emprunt 75 €
RESULTAT 8 245 €
Impôt sur les sociétés 1 237 €
Résultat net 7 008 €
Remboursement capital de l’emprunt 1 500 €
Capacité d’autofinancement nette 5 508 €

Le local est à vos frais en tant que franchisé

Si l’exploitation de la franchise nécessite l’utilisation d’un local, c’est à vous d’entamer les recherches, de signer le bail, de prendre en charge les éventuels travaux (à anticiper dans le plan de financement), ainsi que le loyer (à anticiper dans le compte de résultat). Dans certains cas, le franchiseur vous aide à identifier l’emplacement idéal et à intégrer un local (parfois même à moindre coût).

Pour ouvrir un lieu recevant la clientèle, vous devez avoir un local aux normes des Etablissements Recevant du Public (ERP), en matière de sécurité et d’accessibilité (présence de toilettes, dispositif incendie, normes électriques, accès handicapés…). Toute la réglementation est disponible en mairie : elle varie selon la taille de l’établissement et le secteur d’activité (différentes catégories d’ERP).

Le statut juridique pour sa franchise

Comme pour toute création d’entreprise, vous choisissez un statut juridique pour donner une existence légale à votre activité et pour lui attribuer un patrimoine. Le statut juridique a une incidence sure :

  • la fiscalité de l’entreprise
  • votre fiscalité en tant qu’exploitant
  • votre régime social
  • votre patrimoine

Les différents statuts juridiques sont :

  • l’entreprise individuelle au régime des frais réels ou au régime de l’auto-entreprise
  • la SARL au régime de l’impôt sur le revenu ou au régime de l’impôt sur les sociétés (SARL seul ou à plusieurs associés)
  • la SAS au régime de l’impôt sur le revenu ou au régime de l’impôt sur les sociétés (SAS seul ou à plusieurs associés)

Une franchise nécessitant des investissements et/ou un local devra prendre une forme juridique de société pour séparer votre patrimoine personnel de celui de l’entreprise, ce qui est impossible en entreprise individuelle (l’entreprise individuelle est un statut ou vous travaillez en votre nom et à votre propre compte personnel).

Les formalités pour créer la franchise

Signer le contrat de franchise

Lorsque vous êtes prêt à créer, vous signez le contrat de franchise. Vous et le franchiseur vous engagez l’un envers l’autre :

  • le franchiseur vous fait intégrer son réseau et vous propose l’accompagnement  nécessaire au bon fonctionnement de la franchise  (transmission du savoir-faire, transfert des outils et supports de communication, conseils …)
  • vous respectez les modalités de la franchise
Des clauses à connaître dans un contrat de franchise

Le contrat de franchise peut comporter certaines clauses, notamment :

  • la clause de non-affiliation interdit au franchisé qui sort du réseau d’intégrer un réseau de franchises sur la même activité, et ce pendant une durée minimum fixée dans le contrat. Cette clause est très fréquente. Elle protège le franchiseur d’un éventuel vol de concept. Néanmoins, elle est limitée dans l’espace, dans le temps et elle ne se justifie qu’en cas de savoir-faire ou de concept spécifique.
  • La clause de non-concurrence est plus forte. Elle interdit à l’ex-franchisé de créer toute forme d’entreprise dans le même domaine : toute forme de commerce organisé ou sa propre entreprise. Idem, cette clause est limitée dans la durée et dans l’espace et elle doit se justifier par un savoir-faire spécifique.
Conseil de notre expert
Il serait judicieux de faire appel à un expert-comptable pour vérifier la validité du contrat et des clauses et pour négocier les points qui semblent intéressants.

Immatriculer l’entreprise

Comme tout entrepreneur, vous immatriculez votre entreprise en déposant un dossier :

  • à la chambre de commerce et d’industrie pour une activité commerciale et/ou une société (immatriculation au registre du commerce et des sociétés)
  • à la chambre des métiers pour une activité artisanale (immatriculation au répertoire des métiers)

Le guichet qui s’occupe des immatriculations s’appelle le Centre de Formalités des Entreprises (CFE).

Pour créer sous la forme juridique de société (SARL/SAS), n’oubliez pas de faire vos statuts constitutifs, d’ouvrir un compte pour déposer le capital social et de faire une publication légale au sein d’un journal habilité dans le département de votre entreprise (journal d’annonces légales).

Les avantages et les inconvénients de la franchise

En conclusion, on peut dire que le grand avantage en tant que franchisé est de démarrer une activité en bénéficiant d’un concept d’entreprise qui a déjà fait ses preuves, avec un modèle économique rodé, un réseau de fournisseurs, des tarifs négociés et éventuellement avec une image de marque connue (ouvrir un McDonald’s en franchise, par exemple). En intégrant un réseau de franchises, le risque d’échec est potentiellement minimisé. Vous vous épargnez l’organisation de la création d’entreprise et vous gagnez du temps en développement de notoriété.

Comme inconvénient, on peut dire que la franchise ne vous laisse pas libre de vos décisions stratégiques et commerciales. De plus, le droit d’entrée peut être plus élevé que la valeur réelle de la notoriété de la franchise et/ou que l’apport du franchiseur pour votre entreprise. Ce montant et le DIP sont à analyser en détail pour faire un choix de franchise éclairé et pérenne !

Contacter un expert comptable Devis gratuit dans votre ville