Ouvrir une salle de sport : tout ce qu’il faut savoir

Le marché de la remise en forme et du fitness est dynamique avec de nombreuses salles de sport qui se créent, se revendent ou se franchisent. Si vous voulez créer une entreprise dans ce domaine, vous devrez faire une recherche approfondie ! La réglementation, la concurrence, le segment de clientèle cible, la stratégie, mais aussi des prévisions financières précises, le choix du statut juridique et les formalités d’immatriculation… Voici les démarches.

La réglementation pour ouvrir une salle de sport

Les qualifications pour ouvrir une salle de sport

Aucune qualification n’est requise pour ouvrir une salle de sport. En revanche, les personnes chargées de l’encadrement des clients, de l’enseignement et/ou de l’animation des cours doivent :

  • être titulaire d’un diplôme spécifique issu des métiers de la forme, STAPS, JEPPS, AGFF …
  • détenir une carte professionnelle à jour (à renouveler tous les 8 ans auprès du Ministère de la Jeunesse et des Sports)

Le mieux est que vous soyez vous-même titulaire d’un diplôme du sport pour assurer certains cours, mais aussi pour comprendre les subtilités du métier de coach ou d’animateur sportif dans l’optique de recruter les professionnels les plus compétents.

La réglementation des équipements sportifs

Les équipements proposés à vos clients doivent être de grande qualité, sécurisés et en volume suffisant pour éviter les files d’attente. Choisissez des appareils connus et réputés sur le secteur.

De plus, en vertu des articles L312-2 et R3112-3 du Code du Sport, vous devez déclarer la salle de sport votre avec tous vos équipements auprès du préfet du département (Direction Départementale de la Cohésion Sociale), et ce dans un délai de 3 mois maximum après la mise en service de votre établissement. De même, tout changement d’affectation ou toute modification d’équipement sportif (ajout, suppression) doit faire l’objet d’une nouvelle déclaration au préfet. Le formulaire concerné est le Cerfa numéro 13436*01

La définition légale d’un équipement sportif

A noter
La loi définit un équipement sportif comme « tout bien immobilier appartenant à une personne publique ou privée, spécialement aménagé ou utilisé, de manière permanente ou temporaire, en vue d’une pratique sportive et ouvert aux pratiquants à titre gratuit ou onéreux. »(Article L312-2 du Code du sport).

Hygiène et sécurité dans la salle de sport

Trousse de secours

Vous devez équiper votre salle de sport d’une trousse de premiers secours ainsi que d’un moyen de contacter les secours en urgence.

Les normes ERP

Votre établissement doit respecter les normes d’accessibilité et de sécurité relatives aux Etablissements Recevant du Public (ERP). Il existe plusieurs catégories d’ERP selon le secteur d’activité et la taille de l’établissement. Vous devrez vous référer à votre catégorie pour suivre les normes adéquates. Vous trouvez toute la réglementation avec les catégories auprès la mairie. Elle concerne notamment les règles de sécurité incendie, les règles d’aération, la bonne accessibilité des lieux…

A propos de l’hygiène dans une salle de sport

A propos d’hygiène, aucune norme ne régit les salles de sport, mais prévoyez un budget pour sous-traiter le ménage à une société de nettoyage, car les clients ne reviendront que si vous proposez un espace propre et hygiénique.

L’assurance RC Pro indispensable !

Une salle de sport brasse beaucoup de monde avec des risques d’accident et de blessures en tout genre, que cela soit du fait de vos clients ou que cela relève de votre responsabilité (matériel défaillant, inattention de la part des coachs …). Dans tous les cas, il est impératif de souscrire une assurance civile professionnelle (assurance RC Pro) pour protéger votre entreprise de tous les dommages causés dans le cadre de votre activité et pour assurer votre local des vols, feux et autres faits dommageables.

Les démarches pour monter une salle de sport & fitness

Le local : emplacement et taille adéquats

Le défi de tout créateur d’entreprise dans le domaine du sport & fitness est de trouver un local suffisamment spacieux pour créer une salle de sport attractive tout en étant implanté sur une zone en cohérence avec la clientèle cible.

Vous pouvez rencontrer la mairie pour connaître les locaux disponibles ou encore vous rapprocher  des fédérations des professionnels du sport pour vous faire accompagner dans le montage concret de votre projet, notamment la FFSE et la Fédération Sportive.

La connaissance parfaite du marché

Le concept fait la différence. Dans ce contexte, pour proposer quelque chose qui fait mouche, vous devez connaître votre clientèle cible ainsi que vos concurrents. Vous pourrez ainsi vous positionner et proposer un service différenciant et attractif par rapport aux goûts et aux attentes de vos futurs clients.

Une fois la zone géographique définie avec un local en vue, vous pouvez :

  • faire une analyse concurrentielle : concept, et positionnement, stratégie de communication, facteurs clés de succès, identification des leaders …
  • vous renseigner sur la population alentour (budget dédié au sport, catégorie socioprofessionnelle, attentes et freine, moyenne d’âge …).

Positionnement et stratégie

Lorsque le marché est connu, compris et que vous validez l’attractivité des lieux, vous pouvez entamer vos démarches pour intégrer le local. En parallèle, vous réfléchissez au positionnement stratégique le plus judicieux avec un concept inédit : logo, positionnement prix, segment de clientèle visé, charte graphique, logo et discours Corporate approprié.

De manière générale, la stratégie commerciale repose sur les piliers suivants :

  • la clientèle cible
  • le positionnement (haut de gamme, entrée de gamme, milieu de gamme)
  • la liste des services proposés
  • les tarifs et le mode de tarification (abonnement mensuel, annuel, réductions si engagement…)
  • la stratégie de communication : graphisme, messages, supports utilisés (Web &Print)
  • l’emplacement idéal par rapport à la stratégie ci-dessus
  • les prescripteurs alentour

Ouvrir une salle de sport en franchise

Vous pouvez décider de monter votre propre concept de salle de sport : votre mode de paiement et d’abonnement, votre positionnement avec réflexion sur les tarifs, la charte graphique, l’image de marque, les messages de communication, etc. Mais vous pouvez aussi vous épargner cette étape enoptant pour une salle de sport en franchise. L’idée est de gagner du temps tout en sécurisant le projet puisque vous montez un concept qui a déjà fait ses preuves (le concept du franchiseur) avec son mode de fonctionnement, ses tarifs et ses supports de communication.

En montant la franchise, vous vous engagez à suivre les codes imposés par le franchiseur. En contrepartie, vous bénéficiez de sa notoriété et vous êtes accompagné par le réseau (supports de communication fournis, logiciels, conseils en gestion …). Vous devez toutefois verser un droit d’entrée puis une redevance mensuelle, généralement calculée au prorata du chiffre d’affaires.

La franchise est un concept qui attire de nombreux entrepreneurs, mais qui ne plaît pas à tout le monde, particulièrement à ceux qui veulent fixer librement leur positionnement et leur stratégie commerciale.

Voici quelques franchises actuelles dans le domaine des salles de sport :

  • la franchise Action Sport pour un droit d’entrée de 30 000 €
  • la franchise Fitness Park pour un droit d’entrée de 200 000 €
  • la franchise L’Appart Fitness pour un droit d’entrée de 70 000 €
  • la franchise Fit20 pour un droit d’entrée de 20 000 €

Quel coût pour monter une salle de sport

Que vous cherchiez une salle de sport en franchise ou que vous montiez votre propre concept, comptez un budget minimum de 150 000 € pour l’achat de tous les équipements, installation du mobilier, décoration, fonds de roulement au démarrage. Un apport personnel est indispensable pour montrer patte blanche auprès de la banque. Pour un projet à 150 000 €, un bon apport tourne autour de 50 000 euros (soit un tiers du budget auto-financé).

Au-delà de rassurer les banques, l’apport personnel permet aussi de limiter le coût de l’emprunt et donc le coût des mensualités qui pèseront forcément sur le cycle d’exploitation une fois la salle de sport lancée.

Le plan de financement : exemple d’un tableau financier pour élaborer son budget

Liste des besoins et budgetsRessources mobilisés
Equipements sportifs 90 000    € Apport personnel 60 000 €
Décoration 20 000 € Prêt d’honneur 10 000 €
Petit matériel 15 000 € Banque 124 800 €
Communication au démarrage 15 000 €    
Frais d’immatriculation 1 500 €    
TVA 28 300 €    
Trésorerie pour démarrer 25 000 €    
TOTAL des besoins 194 800 € TOTAL des ressources 194 800 €

Quelle rentabilité envisager pour une salle de sport ?

La question à se poser est :

  • « Combien faut-il facturer mensuellement pour couvrir les frais fixes liés à la salle de sport et vous tirer une rémunération ? »
  •  « Aux tarifs envisagés, combien de clients / d’abonnements cela représente-t-il ? ».

Pour répondre à ces questions, vous devrez construire un compte de résultat prévisionnel : tableau représentant le modèle économique de l’entreprise, à savoir ses charges annuelles et un objectif de chiffre d’affaires annuel. Les données doivent être hors taxes pour envisager la rentabilité réelle du projet.

Par exemple :

COMPTE DE RESULTAT pour le 1er exercice (tous les chiffres sont hors taxes)
Chiffre d’affaires 200 000 €
Loyer salle de sport  48 000  €
Logiciels et outils 2 500 €
Honoraires comptable 3 600 €
Ménage 4 800 €
Salaires 64 800 €
Cotisations patronales 29 160 €
 Rémunération du gérant 23 500 €
Cotisations sociales forfait année 1 5 000 €
Intérêts annuels pour emprunt bancaire 250 €
RESULTAT 18 390 €
Impôt sur les sociétés 2 759 €
Résultat net 15 631 €
Remboursement capital de l’emprunt 8 320 €
Capacité d’autofinancement nette 7 311 €

On voit bien que ce tableau montre les charges annuelles de l’entreprise. Il permet de connaître le seuil de rentabilité, c’est-à-dire le chiffre d’affaires minimum à facturer (et le nombre de clients à gagner) pour couvrir les charges annuelles incompressibles.

En réalisant ce compte de résultat prévisionnel pour vos premières années d’exercice, vous validez la rentabilité du projet : le chiffre d’affaires minimum est-il réaliste ? La stratégie de communication envisagée permettra-t-elle de toucher le nombre de clients nécessaires ? Peut-on diminuer certaines charges ? Ce tableau est une aide précieuse à la prise de décision financière.

Quel besoin en fonds de roulement pour la salle de sport ?

Vous devez ensuite anticiper en détail vos premières mensualités, notamment pour prévoir la trésorerie et le besoin en fonds de roulement. Pour cela, vous utilisez les données du résultat prévisionnel et vous les décortiquez de manière mensuelle.  Le tableau utilisé est le tableau de suivi de trésorerie. Il est réalisé en tenant compte des montants et des dates réelles d’encaissement et de décaissement : montants Toutes Taxes Comprises (TTC).

Par exemple :

Données en TTC janvier février mars avril
Chiffre d’affaires  4 000 € 5 500 € 8 000 € 15 000 €
Loyer 3 600 € 3 600 € 3 600 € 3 600 €
Electricité 0 1 000 € 0 800 €
Ménage 480 € 480 € 480 € 480 €
Salaires  du personnel 5 400 € 5 400 € 5 400 € 5 400 €
Cotisations  patronales 0 0 7 290 € 0
Résultat -5 480 € -4 980 € -8 770 € 4 720 €
Trésorerie (démarrage 25 000 €) 19 520 € 14 540 € 5 770 € 10 490 €

On voit bien l’intérêt d’avoir de la trésorerie au démarrage (anticipée à 25 000 € dans le plan de financement) pour pouvoir couvrir le cycle d’exploitation durant les premiers mois d’activité, le temps d’avoir suffisamment de clients / chiffre d’affaires.

Ce tableau de suivi de trésorerie affine les objectifs de chiffre d’affaires et permet de visualiser clairement les charges mensuelles qui vous attendent à très court terme.

Pour votre comptabilité, mieux vaut faire appel à un expert !


Le choix du statut juridique

Le statut juridique d’entreprise individuelle sera relativement inapproprié au vu des investissements financiers et du risque qui en découle. En effet, cette forme juridique ne permet pas de séparer le patrimoine personnel de l’exploitant du patrimoine de l’entreprise. Cela signifie qu’une dette professionnelle est une dette personnelle ! De plus, les modalités de transmission de l’entreprise sont complexes en cas de décès ou de départ en retraite. De même, le régime auto-entrepreneur est exclu, d’autant qu’il ne permet ni de déduire les charges d’exploitation, ni de récupérer la TVA.

A l’inverse, la création d’une forme juridique de société (SARL ou SAS) avec la personnalité morale qui en découle permet, et de séparer les patrimoines, et de faciliter la transmission (transmission des titres financiers). Ce statut juridique est donc recommandé, sous la forme de :

  • Société à Responsabilité Limitée (SARL)  appelée Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) si vous seul à monter l’entreprise
  •  Société par Actions Simplifiée (SAS) appelée Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU) si vous êtes seul

Vous devrez vous tourner vers un expert-comptable pour choisir le statut juridique approprié, chacun ayant des conséquences fiscales et sociales distinctes (paiement des impôts, régime social et cotisations associées).

Ouvrir une salle de sport en franchise

Ouvrir une salle de sport en franchise ne vous exempte pas de prendre un statut juridique. La franchise reste une forme d’entrepreneuriat indépendant d’un point de vue juridique. Le franchiseur vous aiguillera vers le statut adapté, généralement sous forme de société.

Le statut de vos coachs et entraîneurs

Prenez garde au statut légal des coachs et entraîneurs qui viendront donner des cours dans vote salle de sport. Vous pouvez embaucher ces personnes si les finances vous le permettent. Notez que certaines salles de sport proposent aux professionnels indépendants de venir donner des cours  sous leur propre statut juridique (auto-entrepreneur, société). Assurez-vous que cette forme soit légale dans votre établissement avec un rapport non-salarié entre vous, c’est-à-dire aucune obligation de moyens avec des contraintes horaires minimum, etc. (risque de salariat déguisé). Nous vous recommandons de :

  • vous tourner vers une fédération de professionnels du sport pour valider la réglementation à ce sujet.
  • trouver la convention collective du secteur des salles de sport pour vérifier les textes de loi
  • passer par un avocat pour rédiger les contrats qui vous lieront avec les professionnels (contrat de travail ou contrat de sous-traitance, selon le cas)

Immatriculer l’entreprise

Vous immatriculez l’entreprise au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) en vous rendant au centre de formalités des entreprises de la chambre de commerce et d’industrie. Vous devez y déposer le formulaire d’immatriculation M0 (pour une société) avec les pièces justificatives demandées.

Sous 1 mois suivant le dépôt du dossier, vous obtenez le Kbis : le document officiel signé par le greffe du tribunal de commerce attestant de votre immatriculation.

Le business plan pour formaliser le projet

Enfin, n’hésitez pas à rédiger toutes ces étapes sur un seul et même document. Celui-ci constituera votre business plan : véritable journal de bord, outil d’aide à la prise de décision et outil de dialogue ave les financeurs et les partenaires commerciaux.

Contacter un expert comptable Devis gratuit dans votre ville