Business plan : définition, utilité et exemple

En création d’entreprise, le business plan est l’outil de dialogue avec les financeurs. Il est aussi un formidable document d’aide à la décision stratégique. Voici la définition et les étapes précises du business plan avec son alternative simplifiée : le business model canva.

Business plan : la définition

Le business plan est un document rédigé par le créateur d’entreprise pour monter son projet. Il en décrit tous les tenants et les aboutissants avec la stratégie commerciale et financière qui sera adoptée, le statut juridique et le régime social, les points forts et les points faibles, etc. Il s’agit d’un document complet qui suit un plan précis et chronologique.

Un business plan est généralement monté à la création de l’entreprise puis au développement de chaque nouvelle activité ou encore pour le lancement d’un nouveau produit, l’intégration d’un nouveau marché…

A quoi sert le business plan

Le business plan est utile sur plusieurs aspects :

  • il aide le créateur d’entreprise à valider ses choix stratégiques
  • il décrit le projet et ses atouts pour solliciter les éventuels financeurs : banques, investisseurs, partenaires commerciaux

Le business plan pour faire des choix stratégiques

Zoom
Parce qu’il met à plat le projet dans son ensemble, le business plan est un très bon exercice. Il permet de formaliser ses idées, les comprendre, les ordonner, les concrétiser. En fait, rédiger son business plan permet d’explorer le projet entrepreneurial dans les moindres détails, d’en connaître toutes les ficelles pour prendre des décisions stratégiques éclairées.

Le business plan pour solliciter les financeurs

Le business plan est également le principal outil de dialogue avec les financeurs. Comme il décrit le projet en détail, avec les points forts et les points faibles, il permet aux partenaires de prendre la décision de financer ou non l’entreprise. Rédiger un business plan est donc un passager obligé quand on sollicite un financement.

Comment faire un business plan : le plan

Le business plan suit un ordre chronologique avec des étapes à valider l’une après l’autre (vous ne pouvez pas valider une étape de manière éclairée si vous n’avez pas validé celle d’avant).

Voici les étapes chronologiques du business plan :

  • la présentation de l’équipe
  • l’étude de marché
  • le SWOT : à faire selon l’étude de marché
  • la stratégie commerciale : à faire selon le SWOT et les observations du marché
  • le prévisionnel financier : consiste à budgéter la stratégie commerciale prévue puis à valider le modèle économique
  • le choix du statut juridique et du régime social : selon le modèle économique de l’entreprise

Pour votre comptabilité, mieux vaut faire appel à un expert !


La présentation de l’équipe

La première partie du business plan est une présentation de l’équipe. Dans cette partie, veillez à :

  • décrire le projet avec le produit/service proposé
  • expliquer la genèse, l’histoire qui a mené les membres de l’équipe à s’associer autour du projet entrepreneurial
  • expliquer les points forts et les expériences passées des différents collaborateurs.
  • souligner la complémentarité de l’équipe
  • montrer la connaissance de l’équipe à propos du secteur visé

L’étude de marché

L’étude de marché consiste à décrypter, sur le secteur visé, l’offre de produits/services existants (les concurrents) ainsi que la demande (les clients). L’étude de marché se compose de 2 parties :

  • l’étude macro-économique (étude sectorielle globale)
  • l’étude micro-économique (étude locale)

L’étude macro-économique

L’étude macro-économique consiste à découvrir son secteur d’activité : son état de santé, son dynamisme, ses chiffres clés, ses barrières à l’entrée, ses technologies et innovations en cours … Il s’agit d’une entrée en matière à un niveau global.

L’étude micro-économique

L’étude micro-économique est à un niveau local ; l’analyse des acteurs susceptibles d’interagir directement avec l’entreprise :

  • les concurrents alentour : connaître leur concept, leur facteur clé de succès, leurs prix, leur stratégie de communication et de vente
  • les futurs clients : connaître leur budget, leurs attentes et leurs freins, les facteurs d’achat, les modes de consommation
  • les fournisseurs / sous-traitants : connaître leur rapport qualité-prix, les quantités minimums, les délais

Le SWOT

Le SWOT est une sorte de bilan faisant suite à l’étude de marché. Il s’agit d’un listing :

  • des opportunités et des menaces du secteur
  • des points forts et des points faibles de l’équipe fondatrice et de l’entreprise à venir

Ce listing est réalisé selon les conclusions de l’étude de marché.

Par exemple :

Opportunités du marché : zone géographique en augmentation de population, secteur dynamique … Points forts : Equipe complémentaire, cœur de métier maîtrisé
Menaces sur le marché : avancées technologiques trop rapides, nouvelle réglementation en cours … Points faibles : Apport financier faible, pas de compétence commerciale dans l’équipe

La stratégie commerciale

Dans le business plan, la stratégie commerciale est l’étape suivante, car il faut effectivement se baser sur les observations que vous tirez du marché et de votre SWOT pour :

  • trouver votre positionnement (rapport qualité-prix proposé)
  • monter un concept
  • lister ses facteurs clés de succès
  • envisager comment compenser vos points faibles
  • envisager comment transformer les obstacles en opportunités
  • décliner le catalogue produits/services
  • calculer le coût  de revient des produits/services (matières premières ou marchandise, packaging et charges directement reliées au produit/service vendu)
  • fixer les prix (par rapport au  coût de revient, mais aussi par rapport au positionnement, aux prix des concurrents et au prix psychologique pour les clients)
  • définir une stratégie de distribution (vente sur Internet et/ou, dans une boutique, en boutique éphémère, créer un réseau de points de vente … )
  • définir une stratégie de communication : image de marque, charte graphique, messages et canaux utilisés, planning de communication…
  • lister ses futurs prescripteurs

Tous ces éléments regroupés constituent la stratégie commerciale.

Le prévisionnel financier

Le prévisionnel financier permet de chiffrer le projet et de formaliser le modèle économique. Il comporte les tableaux suivants :

  • le plan de financement pour budgéter la stratégie commerciale
  • le compte de résultat prévisionnel pour anticiper l’avenir
  • le compte de trésorerie pour obtenir une visibilité financière à court terme

Le plan de financement

Le plan de financement :

  • budgète la stratégie commerciale établie en amont
  • formalise une stratégie de financement (quel interlocuteur finance quel besoin et à hauteur de combien)

Voici un exemple :

Les besoins au démarrage Les ressources pour financer le projet
Création e-commerce hors taxes 10 000 € Apport personnel 12 000 €
Charte graphique et logo hors taxes 3 000 € Prêt d’honneur 7 000 €
Immatriculation   hors taxes 1 500 € Banque 12 400 €
Stock de départ hors taxes 5 000 €    
TVA sur besoins ci-dessus 3 900 €    
Trésorerie au démarrage 8 000 €    
TOTAL 31 400 € TOTAL 128 000 €

Le compte de résultat prévisionnel

Le compte de résultat prévisionnel :

  • permet de faire différents scénarios (avec ou sans salariés, avec ou sans budget communication …)
  • permet d’acter un scénario et de formaliser le modèle économique
  • montre le chiffre d’affaires minimum à faire pour rentabiliser le modèle
  • anticipe la fiscalité et les cotisations sociales

Un compte de résultat prévisionnel est annuel et réalisé pour les 3 à 5 premières années d’activité.

Par exemple :

COMPTE DE RESULTAT POUR L’ANNEE 1 (toutes les données sont hors taxes)
Chiffre d’affaires 88 000 €
Marchandises achetées 30 000 €
Maintenance et développement e-commerce 7 000 €
Communication digitale / référencement 7 000 €
Frais pour participer à un salon professionnel 3 500 €
Honoraires expert-comptable 4 000 €
Achats divers 3 000 €
Rémunération dirigeant 18 000 €
Cotisations sociales forfait année 1 7 000 €
Intérêts de l’emprunt bancaire 300 €
RESULTAT 8 200 €
Impôt sur les sociétés 1 230 €
Résultat net 6 970 €
Remboursement capital de l’emprunt 4 000 €
Capacité d’autofinancement nette  2 970 €

Le compte de suivi de trésorerie

Le compte de suivi de trésorerie :

  • montre le fonds de roulement
  • anticipe les décalages de trésorerie
  • formalise les charges à très court terme
  • fixe des objectifs de chiffre d’affaires mensuels (prise en compte de la saisonnalité)

Ici, les sommes sont Toutes Taxes Comprises (TTC) pour pouvoir prendre en compte les sorties et les entrées d’argent réelles, au mois le mois. Le paiement / remboursement de la TVA intègre le compte de suivi de trésorerie.

février mars avril mai juin
Chiffre d’affaires  3 000  € 5 000 € 5 500 € 10 000 € 15 000 €
Renouvellement du stock 0 € 0 € 3 500 € 0 €  0 €
Maintenance du e-commerce 200 € 0 € 0 € 500 € 0 €
Stratégie digitale 800 € 800 € 800 € 800 € 800 €
Salon professionnel 0 € 0 € 0 € 4 200 € 0 €
Honoraires expert-comptable 480 € 480 € 480 € 480 € 480 €
Remboursement intérêts 0 € 0 € 0€ 0 € 200 €
Remboursement capital de l’emprunt 0 € 0 € 999 € 0 € 0 €
Rémunération gérant 0 0 0 € 0 € 2 500 €
Cotisations sociales forfait année 1 0 0 2 000 € 0 0
Résultat 520 € 3 720 € -2 279 € 4 020 € 11 020 €
Trésorerie (démarrage à 8 000 €) 9 520 € 13 240 € 10 961 € 14 981 € 26 001 €

Le statut juridique et le régime social

Formaliser le modèle économique permet également de simuler la fiscalité afférente à chaque statut juridique qui s’offre à vous. Avec ces simulations, vous êtes apte à choisir le statut optimal, c’est-à-dire un statut  :

  • qui protège votre patrimoine
  • qui optimise la fiscalité
  • dont le régime social correspond à vos attentes (affiliation Sécurité sociale et protection pour vous et vos ayants droit)

L’executive summary pour parfaire le business plan

Définition

Enfin, l’executive summary est la touche qui améliore le document tout en séduisant les financeurs : il s’agit d’un résumé du business plan ; une sorte de condensé du business plan avec ses éléments essentiels.

Le plan de l’executive summary

L’executive summary prend la forme d’une sorte de pitch de 2 pages maximum. Il doit être séduisant pour attirer l’attention des financeurs. Un executive summary suit le plan suivant :

  • expliquer besoin auquel répond le projet
  • définir le secteur
  • expliquer la genèse du projet
  • présenter l’équipe avec la mission de chaque membre
  • donner les conclusions de l’étude de marché
  • faire un SWOT synthétique
  • décliner la stratégie
  • montrer les tableaux du prévisionnel en donnant quelques éléments d’explication
  • donner le statut juridique et le régime social de chaque membre
  • expliquer la répartition des titres financiers
  • expliquer l’objet de la demande de financement ; le but de la rencontre avec le financeur

Les éléments essentiels de l’executive summary :

  • montrer la complémentarité de l’équipe
  • la genèse doit être attractive, car cet aspect humanise le projet et donne corps à l’équipe
  • expliquer précisément à quel besoin répond le projet
  • expliquer précisément en quoi votre concept répond au besoin avec intelligence
  • expliquer précisément quel est l’objet de la demande : pourquoi vous transmettez le business plan au financeur = pour financer quel besoin et pour quel montant

Quand et où intégrer l’executive summary dans le business plan

L’executive summary est rédigé en dernier lieu, une fois que le business plan est intégralement terminé. Par contre, l’executive summary vient se placer en début de document, en guise d’introduction.

Le business model canva disrupte le business plan

A noter
Certains entrepreneurs ont lancé un mouvement « anti business-plan », car ils jugent le document trop fastidieux. En effet, sur des marchés nouveaux en évolution constante, les concurrents, les technologies, les attentes changent très vite … Rendant le business plan obsolète à peine terminé !

Dans ce contexte, le business model canva est un outil qui propose de remplacer le business plan : plus simple, plus rapide à formaliser, le business model canva répond au besoin d’aller plus vite. L’outil prend la forme d’un tableau visuel permettant de répondre à un certain nombre de questions essentielles et montrant de manière ultra visuelle les éléments forts du projet.

Une image contenant capture d’écran

Description générée automatiquement

On se rend compte que le business model canva est une sorte de business plan simplifié et facile à modifier. Les étapes de réflexion sont quasi identiques.

Aujourd’hui, le business model canva gagne du terrain dans le monde de l’entrepreneuriat, mais les banques et les business angels sont encore très attachés au traditionnel business plan. Ce dernier reste un passage obligé si vous cherchez des financements. 

Contacter un expert comptable Devis gratuit dans votre ville