Analyse et interprétation du bilan comptable

Le bilan comptable est l’un des éléments essentiels permettant d’analyser la situation financière d’une entreprise. Educompta vous explique comment le lire correctement afin de bien l’interpréter.

Le rôle du bilan comptable

Le bilan fait partie des comptes annuels produits par une société au moment de la clôture, ou à un instant T en cours d’exercice (arrêté intermédiaire des comptes). Son objectif est de donner une vision précise du patrimoine de l’entreprise.

Ce document, appelé état de synthèse, est constitué de deux grands ensembles :

  • Les actifs, à gauche du bilan : il s’agit des possessions de l’entreprise, telles que la trésorerie, les stocks, les immobilisations, les créances clients…
  • Les passifs, à droite du bilan : il s’agit des ressources dont dispose l’entreprise, mais qui appartiennent à des tiers et qui doivent leur être restituées à un moment donné (dettes fournisseurs, dettes fiscales, capitaux propres…)

Les postes du bilan sont toujours classés par ordre :

  • De liquidité pour l’actif (le moins liquide en haut)
  • D’exigibilité pour le passif (le moins exigible en haut)

Que contient un bilan comptable ?

Le bilan est composé de l’actif et du passif, dont les totaux sont toujours égaux afin que l’ensemble soit équilibré.

L’actif du bilan

Zoom
Situé à gauche du bilan, l’actif est divisé en deux catégories. En haut se trouve l’actif immobilisé, suivi de l’actif circulant juste en dessous. En bas, les comptes de régularisation apportent un complément d’informations.

Actif immobilisé

L’actif immobilisé rassemble tous les biens détenus par l’entreprise et utilisés durablement. Appelés aussi immobilisations, celles-ci sont scindées en 3 sous-catégories :

  • Immobilisations incorporelles (ex : marques, brevets, logiciels, fonds de commerce…)
  • Immobilisations corporelles (ex : machines, voitures, immeubles…)
  • Immobilisations financières (ex : cautions, titres dans d’autres sociétés…)

Chacun des postes de l’actif immobilisé présente différentes informations :

  • Valeur de l’immobilisation au moment de son acquisition (exprimée en HT)
  • Montant des amortissements et des dépréciations
  • Valeur nette de l’immobilisation au moment de l’édition du bilan (valeur d’acquisition – amortissements et dépréciations)

Actif circulant

À l’inverse de l’actif immobilisé, l’actif circulant regroupe les possessions destinées à devenir rapidement des liquidités pour l’entreprise (créances clients, stocks…), ainsi que les comptes de disponibilités (banque et caisse).

Comptes de régularisation

Le dernier élément qui compose l’actif du bilan est représenté par les comptes de régularisation, situés tout en bas. Ces comptes renseignent sur le montant des éventuels retraitements opérés lors de la clôture de l’exercice, afin d’augmenter le résultat.

Un exemple concerne les charges constatées d’avance. Afin de ne pas fausser le résultat, la partie de ces charges qui concerne l’exercice suivant, mais qui est comptabilisée sur l’exercice en cours, est neutralisée.

Le passif du bilan

Situé à droite du bilan, le passif est divisé en trois catégories. En haut se trouvent les capitaux propres, puis les provisions pour risques et charges et enfin les dettes. En bas, les comptes de régularisation apportent un complément d’informations.

Capitaux propres

Au sein des capitaux propres, on retrouve les éléments suivants :

  • Apports au moment de la création de la société, lors d’une augmentation de capital…
  • Réserves : légale, statutaires et facultatives (bénéfices non distribués)
  • Résultat de l’exercice clos

Provisions pour risques et charges

Ce type de provisions sert à valoriser les risques pesant sur l’entreprise.

Dettes

Les dettes de l’entreprise, au moment de la clôture, sont regroupées en 3 catégories :

  • Dettes financières
  • Dettes d’exploitation (fournisseurs, fiscales et sociales)
  • Dette diverses

Les premières, les dettes financières à moyen et long terme (supérieures à 1 an) sont considérées comme des capitaux permanents. Il s’agit de l’inverse pour les deux autres, les dettes à court terme (inférieures à 1 an), constituant des ressources temporaires.

Comptes de régularisation

Comme pour l’actif, le dernier élément qui compose le passif du bilan est représenté par les comptes de régularisation, situés tout en bas. Ces comptes renseignent sur le montant des éventuels retraitements lors de la clôture de l’exercice et diminuant le résultat.

A noter
Un exemple concerne les produits constatés d’avance. Afin de ne pas fausser le résultat, la partie de ces produits qui concerne l’exercice suivant, mais qui est comptabilisée sur l’exercice en cours, est neutralisée (facture client enregistrée en N mais concernant une prestation ou une livraison effectuée en N+1).

Interpréter un bilan comptable

Une fois la lecture du bilan faite, vient le temps de l’interprétation des données financières. Celle-ci doit se dérouler en plusieurs phases afin de donner lieu à une analyse la plus juste possible.

Analyse globale

Avant de décrypter chaque ligne du bilan en détail, il convient de faire une approche plus globale des différents postes de l’actif et du passif que nous venons de lister. Cette 1ère étude permet de repérer les éléments significatifs affectant le patrimoine de l’entreprise, à la hausse ou à la baisse.

Analyse de l’annexe comptable

L’annexe permet de faciliter la compréhension du bilan et du résultat d’une entreprise, lors de l’édition des comptes annuels.

Certaines informations contenues dans l’annexe sont particulièrement utiles pour analyser le bilan :

  • Échéancier des créances et des dettes, avec les montants ventilés par échéance :
    • Moins d’un an
    • Entre 1 et 5 ans
    • Plus de 5 ans
  • Liste des filiales et des participations :
    • Identité de l’entreprise
    • Pourcentage détenu
    • Chiffre d’affaires
    • Dividendes remontés

Analyse des immobilisations

L’actif immobilisé ne peut être correctement analysé qu’en présence de la liste détaillée des immobilisations détenues par l’entreprise. Ce point revêt encore plus d’importance dans le cadre d’une reprise de société possédant un actif immobilisé significatif. Un audit peut alors être nécessaire afin de vérifier les points suivants :

  • Existence réelle des immobilisations inscrites au bilan
  • État de vétusté afin de chiffrer les éventuels remplacements à prévoir
  • Pertinence de la valeur comptable

Analyse des points de vigilance

Certains éléments présents dans le bilan demandent une attention particulière. Ceux-ci jouent en effet un rôle primordial au niveau de la santé financière d’une entreprise :

  • Créances clients : il convient de contrôler que des créances clients importantes ne soient pas trop anciennes, ce qui signifierait qu’un litige ou un retard de paiement est en cours. En effet, une créance n’est pas la garantie d’un paiement et donc d’une entrée de trésorerie. Dans le cas où un risque de non-paiement existe, une dépréciation doit être constatée. Il convient également de vérifier le volume d’activité représenté par le ou les clients défaillants, puisque les parts de marché correspondantes sont certainement perdues à l’avenir.
  • Stocks : les entreprises de production ou de négoce possèdent un stock important au bilan. Le volume de celui-ci doit donc être cohérent avec le niveau d’activité. La méthode de valorisation et l’état du stock (éléments anciens correctement dépréciés) sont également des points essentiels à contrôler. En effet, un stock important peut être composé d’éléments impossibles à vendre, de produits hors d’usage ou même d’erreurs de comptage.
  • Provisions pour risques et charges : le montant inscrit dans le bilan peut ne pas correspondre à la totalité du risque encouru (ex : litige avec un fournisseur ou un employé), si le chef d’entreprise pense qu’il ne sera pas condamné à verser entièrement les sommes réclamées. Ce poste du bilan doit donc être étudié avec précision en regardant chaque élément et en comparant le risque encouru avec le montant provisionné.

Les ratios liés au bilan comptable

L’interprétation du bilan peut avoir lieu grâce à deux indicateurs financiers pertinents :

  • Fonds de roulement (FR) : il s’agit de la différence entre les ressources stables et l’actif immobilisé. Un FR négatif démontre que l’entreprise est sous-capitalisée. Concrètement, cela signifie que les ressources stables ne peuvent pas financer la totalité de l’actif immobilisé, avec un risque d’impacter la trésorerie.
  • Besoin en fonds de roulement (BFR) : décalage entre les encaissements et les décaissements à court terme (actifs et passifs circulants).
    • BFR positif : le cycle d’exploitation ne parvient pas à se financer lui-même. Il faut donc trouver des ressources pour financer ce besoin.
    • BFR négatif : le cycle exploitation génère suffisamment de ressources (les délais de paiement qui engendrent des décalages de trésorerie profitent à l’entreprise).

D’autres ratios peuvent également permettre une analyse des données du bilan :

  • Tx d’endettement = Dettes financières / Capitaux propres
  • Capacité de remboursement = Dettes financières / CAF
  • Délai moyen (en jours) de paiement des clients = (Créances clients – Acomptes perçus) / CA TTC x 360
  • Délai moyen (en jours) de paiement des fournisseurs = (Dettes fournisseurs – Acomptes versés) / achats TTC x 360
  • Tx d’usure : Immos corporelles nettes / Brutes
  • Tx de croissance externe = Immos financières / Total des immos

Pour votre comptabilité, mieux vaut faire appel à un expert !


En résumé

Le bilan comptable est un état de synthèse permettant d’analyser la situation financière et le patrimoine d’une entreprise. Le dirigeant et ses associés, un repreneur éventuel ou encore les établissements de crédit peuvent ainsi vérifier les équilibres financiers et apprécier les augmentations ou destructions de valeur au cours des exercices.

Dans tous les cas, l’accompagnement et les conseils d’un expert-comptable restent le moyen le plus sûr d’interpréter avec précision les données présentes à l’intérieur du bilan.

Contacter un expert comptable Devis gratuit dans votre ville